اعتقال الاستاذ الجامعي الفلسطيني حسن دياب بتهمة تفجير كنيس يهودي في باريس سنة 1980  

الأستاذ الجامعي الفلسطيني حسن دياب حامل لجنسية لبنانية وكندية ويدرس السوسيولوجيا بجامعة أوطاوا تم إلقاء القبض عليه من طرف الدرك الكندي كمتهم في تفجير كنيس يهودي بباريس يوم 3 أكتوبر 1980 .


بينما عبرت وزيرة العدل الفرنسية عن سرورها بألقاء القبض عليه ، صرح محامي حسن دياب أن هذا الأخير تفاجأ بما حصل له واعتبر أن هناك تشابه في الأسماء خاصة وأن دياب ليست له أية سوابق إجرامية ولا نشاط سياسي مع الجبهة الشعبية لتحرير فلسطين المتهمة في قضية تفجير الكنيس اليهودي .


جامعة أوطاوا أكدت أن حسن دياب يعمل أستاذا لديها دون ذكر أي تفاصيل أخرى بينما اعتبر بعض الأساتذة أن حسن دياب له ثأثير كبير على الطلبة.


دياب متهم بصنع قنبلة ووضعها بسلة درجة نارية أوقفها أمام المعبد اليهودي ويطالب المحقق الآن بجمع معلومات حول المتهم من بصمات وحمض نووي وخط ..إلخ .
 

* المصدر :


http://www.journalmetro.com/Linfo/article/140595
 

ترجمة عبد الغني بنكروم*

 

L'auteur présumé de l'attentat de la rue Copernic arrêté au Canada

THE ASSOCIATED PRESS
13 novembre 2008 03:32

 

PARIS - L'auteur présumé de l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic, à Paris, en octobre 1980, qui avait fait quatre morts et une vingtaine de blessés, a été arrêté jeudi à Gatineau, en Outaouais, à la demande de la justice française qui enquête toujours sur ces faits.

De source judiciaire framçaise, cet homme d'origine palestinienne, Hassan Diab, titulaire d'une double nationalité libanaise et canadienne, a été arrêté à 11h45 jeudi, à Gatineau, selon une source judiciaire française cité sur le site Internet de l'Express.

Des perquisitions étaient en cours à son domicile et à son lieu de travail, selon cette source judiciaire.

Cette dernière ajoute que deux juges d'instruction antiterroristes, Marc Trévidic et Yves Jannier, sont venus au Québec en début de semaine

. L'an dernier, le juge Trévidic, qui a hérité de ce dossier, a lancé une commission rogatoire internationale pour recueillir des éléments sur le séjour aux Etats-Unis de l'auteur présumé de l'attentat du 3 octobre 1980.

Hassan Diab vit au Canada après avoir passé plusieurs années aux Etats-Unis. Le juge d'instruction antiterroriste avait demandé aux enquêteurs de rassembler des éléments (empreintes digitales, spécimens d'écriture, traces ADN) permettant de confondre le suspect présenté comme le chef du commando à l'origine de cet attentat sanglant.

L'enquête française a été relancée lorsque l'Allemagne a réussi à obtenir le fichier du Front populaire de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), soupçonné d'être à l'origine de cet attentat, sur lequel figuraient les noms d'une dizaine de personnes et l'a mis à disposition de plusieurs pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Israël...). Le 3 octobre 1980, vers 18h40, une bombe à la pentrite dissimulée dans la sacoche d'une moto explosait à quelque mètres de la synagogue de l'Union libérale israélite, dans le XVIe arrondissement de la capitale, quelques minutes seulement avant la sortie des 320 fidèles réunis en cette veille de Shabbat.

Trois Français et une jeune Israélienne avaient été tués. Le lendemain, quelque 200 000 personnes indignées manifestaient dans les rues de Paris